Marine collagen - buy online | Délices Low Carb

Marine collagen

Délices Low Carb offers you a premium selection of marine collagen

Offer a gift card

  

Active filters

Le collagène marin

Le collagène est la protéine la plus abondante du corps. C’est le composant principal des tissus conjonctifs qui forment plusieurs parties du corps, y compris les tendons, les ligaments, la peau et les muscles[1]. Le collagène se trouve également dans de nombreuses autres parties du corps, comme les vaisseaux sanguins, les cornées et les dents. Cette protéine a des fonctions essentielles, notamment concernant la structure de la peau et la densité des os.

Le collagène : où le trouve t-on ? 

Le collagène alimentaire est essentiellement présent dans le bouillon d’os (fait maison ou liquide, pas en cube) et dans les tissus connectifs des aliments : peau de porc, de poulet, de la viande et du poisson. La synthèse du collagène est moins efficace selon les années passent ; rajouter donc du collagène en supplément peut s’avérer intéressant.

Le collagène marin

Le collagène marin provient des espèces marines, comme les poissons, les méduses et les éponges de mer. Le processus de production du collagène marin implique de réduire les arrêtes ou autres sous-produits en eau ; le collagène est donc isolé, séché et pulvérisé pour créer un supplément, sous forme de poudre ou en gélules.

Les différents types de collagène

Il y a au moins 16 types de collagène différents ; les principaux sont :

Type I[2] : représente 90% du collagène du corps et est composé de fibres denses. Il fournit une structure à la peau, aux os, aux tendons, au cartilage fibreux, au tissu conjonctif et aux dents.

Type II[3] : composé de fibres moins denses, se trouve dans le cartilage élastique, qui amortit les articulations et dans la structure des yeux.

Type III[4] : soutient la structure des muscles, des organes et des artères.

Type IV[5] :  composant majeur de la membrane basale, la matrice extracellulaire qui existe autour de certains types de cellules.

Les bienfaits du collagène marin

Le collagène marin augmente le collagène de types I et II ; ceci veut dire que ce type de supplément de collagène aura des effets bénéfiques pour la santé de la peau[6] et des cartilages[7]. Le collagène marin aurait aussi un impact sur la régénération des tissus[8] [9], les rides[10], et la cicatrisation[11].

Théoriquement, le collagène marin serait plus biodisponible que le bovin (une absorption plus efficace) et moins inflammatoire[12].

Aussi, le collagène marin aurait moins d’impact sur la planète : vu que les sous-produits des espèces marines sont souvent pas utilisés, ceci permettrait profiter complètement des espèces pêchées[13]. Ce type de collagène est aussi une bonne alternative pour ceux qui, pour des raisons de religion, mode alimentaire ou intolérances, ne peuvent ou ne veulent pas consommer des dérivés bovins ou porcins.

Les suppléments

La plupart des suppléments de collagène sont hydrolysés, c’est-à-dire des peptides : le collagène a été déjà décomposé pour faciliter son absorption. Ceci veut dire que, au lieu d’avoir les neufs acides aminés essentiels qu’on ne trouve que dans la protéine animale, il y en huit, le tryptophane n’étant pas présent ; d’où sa dénomination comme protéine incomplète. Cependant, comme un aliment fonctionnel, il a des résultats bénéfiques pour améliorer la santé et diminuer les effets de l’âge[14]. Le collagène peut se trouver sous forme de poudre ou en gélules. La dose suggérée est d’entre 8 et 12 grammes, pouvant aller jusqu’à 20.

Conclusion :

Le collagène est une protéine essentielle. Les suppléments de collagène sont utiles pour favoriser sa production et ont plusieurs bénéfices pour la santé. Le collagène marin aura un impact spécialement sur la peau, les tissus et la cicatrisation.  

 

 



[1] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK21582/

[2] https://www.sciencedirect.com/topics/biochemistry-genetics-and-molecular-biology/type-i-collagen

[3][3] https://www.sciencedirect.com/topics/biochemistry-genetics-and-molecular-biology/type-ii-collagen

[4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6579750/

[5] https://www.sciencedirect.com/topics/biochemistry-genetics-and-molecular-biology/type-iv-collagen

[6] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6213755/

[7] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4519503/

[8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4278207/

[9] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22364350/

[10] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18377622/

[11] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6723527/

[12] https://link.springer.com/article/10.1007/s00394-021-02787-7

[13] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7230273/

[14] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6566836/